LES M201 SAHARA

chapitre 5 : SAHARA et ENTAC, quelle parenté ?

Cette page est l'adaptation de : M201 SAHARA et engins ENTAC, quelle parenté ?, Andy CARTER et Jean-Louis MARTIN in Revue 4x4 STORY, n°39, juillet – août 2011 p.20-22


Photo Daniel BAETZ, 1967, section ENTAC, compagnie d’appui du 1er RCP - http://www.chemin-de-memoire-parachutistes.org/

« Michel Legrand assis coté passager et moi même comme chauffeur. La jeep, prête à entrer en action, est équipée de ses 2 caisses lance missile. Pour info, une caisse en ordre de fonctionnement pèse 37 kg, ce qui veut dire qu'à pied avec l'équipement en plus, bonjour le lest ! »

Voir aussi quelques unes de ces SAHARA en service au 1er RHP (Régiment de Hussards Parachutistes) de Tarbes en 1968.

Remerciements : René MAFFRE pour son aimable autorisation d’autoriser ses clichés. Photographe toulousain accrédité auprès de l’armée, il a couvert pendant plus de 40 ans les activités militaires, notamment des régiments parachutistes. Les photos sont de lui sauf mentions contraires / CHIMERA6 et l'Amicale du 8e RPIMA http://amicale8rpima.e-monsite.com/ / Tim TEARLE pour la photo de sa M201 ex SAHARA ENTAC


Le missile ENTAC est adopté par l’armée française en 1958. Son adaptation sur Jeep est réalisée à partir de la fin 1958 par l’Atelier de Construction de Puteaux (APX). Une version à 8 missiles n’est pas retenue car le véhicule ne peut pas supporter la surcharge. C’est finalement une version à 4 engins qui sera adoptée.

L'adaptation sur M201 est opérationnelle début 1962 et les essais d'aérolargage finalisés en 1964. Le retard de la DEFA pour la mise en production et la commercialisation des ENTAC fait que le déploiement en unités ne se fera qu’à partir de 1965 : « L’ENTAC dote en 1965 deux sections du RI Motorisé (à trois groupes), une section des RI de la Force Terrestre d’Intervention, Para. et de Marine (trois groupes en temps de paix, quatre après mobilisation), ainsi qu’un élément antichar de trois pièces par compagnie commando du régiment d’Infanterie des forces du territoire. »

L’ENTAC « équipait les sections antichars des régiments d'Infanterie, motorisée, de montagne, parachutiste ou de DOT, les régiments mécanisés utilisant le SS11 sur AMX 13. 80 jeeps M201, pour la plupart de la variante dite "Sahara", ont été modifiées pour la mise en oeuvre de l'ENTAC. » Jean-François BRILLANT, étude pour le forum Servir et Défendre : http://servir-et-defendre.com/viewtopic.php?f=109&t=1475


De nombreuses photos montrent des jeeps porte-ENTAC, immatriculées en 1962 et 1963, équipées des accessoires spécifiques de la M201 SAHARA : préfiltre à air, coffre à outils, phare de recherche. Comment ces SAHARA ont été reconverties en ENTAC ?

En septembre 1964, la Direction Centrale du Matériel (DCM) demande à la Direction des Etudes et Fabrication d’Armement (DEFA) les plans de montage des accessoires suivants de la Jeep saharienne : « pompe électrique et filtre spécial sur circuit d’alimentation, filtre à essence à fixer sur le tablier de l’aile gauche, préfiltre ou décanteur à turbulence du type Técalémit BE505 monté sur l’aile avant droite. ». La DEFA répond le 23 octobre 1964 à la DCMl : « […] Faisant suite à votre demande […], j’ai l’honneur de vous transmettre […] les plans […] susceptibles de vous permettre l’adaptation sur véhicules Jeep porte-ENTAC de certains accessoires du véhicule spécial Saharien. […] il serait […] souhaitable qu’un véhicule type saharien complet soit mis à la disposition de l’atelier militaire chargé de cette adaptation, en particulier pour le positionnement de la pompe à essence électrique et son filtre ».

Cet échange porterait à croire que ces jeeps porte-ENTAC avec équipements sahariens ont été équipées spécifiquement et ne sont donc pas des M201 SAHARA reconverties. Sans que les archives exploitées permettent à ce jour quelque certitude, l’observation complémentaire des photos et notre analyse à partir de la Database M201 permet d’infirmer cette hypothèse.

Le conflit prend fin en Algérie en 1962. Les unités sahariennes de transport restent en Algérie jusqu’en 1963 pour les 1er et 2e GT et jusqu'en juin 1967 pour le 3e GT. Les besoins en véhicules sahariens diminuent de ce fait et dès lors, les M201 SAHARA produites en 1962 et 1963 perdent de leur intérêt.


Toulouse, le 11 novembre 1966, cette M201 SAHARA 24V, immatriculée 231-3428, de la Section ENTAC du 8e RPIMa défile sur les allées Jean JAURES.

Parallèlement, au titre du projet de budget de 1963, parmi les principales opérations prévues figure « la commande de jeeps munies d'engins ENTAC destinées aux parachutistes et aux escadrons de reconnaissance ».

De nombreuses questions subsistent toutefois autour de ces M201 SAHARA de 1962 et 1963 : leur production, leur livraison à l’armée et leur devenir avant leur transformation en ENTAC par l’atelier de construction de Puteaux (APX) vraisemblablement fin 1964 ou en 1965 :

- Ont-elles toutes été achevées en M201 SAHARA ou une partie de la production de 1963 ne fut-elle qu’en partie adaptée avec des équipements sahariens ? En effet, les SAHARA ENTAC n’ont pas le réservoir auxiliaire, ni le support de jerrican intérieur, leur suspension est la version « suspension renforcée » avec ressort hélicoïdal. Il semblerait aussi que les dernières SAHARA produites aient été peintes en kaki et non en beige. Paradoxalement, elles ont conservé les pneus sable. Faut-il faire le rapprochement avec l’aide militaire négociée avec le Maroc avec lequel les relations diplomatiques se réchauffent en 1963 ?

- Ont-elles été affectées en unités ou stockées ? Elles semblent avoir été stockées avant leur conversion. Certaines immatriculations (231-6601 à environ 231-6644) tendraient à démontrer une entrée en service après 1963.

- Y a-t-il eu aussi des projets de conversion en 106SR dont l’armée avait aussi besoin à cette époque ? Pourquoi le choix d’une conversion en ENTAC ? A ces deux questions, il est fort plausible que l’armée ait choisi de convertir les SS10 en cours de déclassement en 106SR : suspensions (renforcées) et carrosserie (panneau arrière découpé) sont identiques alors que la version ENTAC a une carrosserie standard.

- Quel est l’intérêt particulier des équipements sahariens retenus ? Peut-être toujours le lien avec l’aide militaire au Maroc ?

Ces 2 M201 24V présentent les principales caractéristiques  extérieures des SAHARA : coffre à outils sur le pare choc AV ; préfiltre à air sur l’aile droite ; projecteur additionnel sur le montant gauche du pare-brise. Mais on devine, en observant les jumelles AV, le montage de la suspension renforcée (jumelles renforcées à l’AV et à l’AR, suspension hélicoïdale additionnelle à l’AR) pour absorber le poids additionnel de l’équipement ENTAC. ▼

Par ailleurs, l’observation montre que furent aussi utilisées dans les unités ENTAC des M201 SAHARA converties en M201 radios et non en ENTAC. Pour mémoire, une section ENTAC comportait 11 jeeps dont 6 équipées ENTAC : un groupe de commandement avec 2 jeeps Radio et 3 groupes de tir : 1 jeep Radio (équipée d’un PRC10 et d’un TRPP8) et 2 jeeps ENTAC (équipées de TRPP8).

L’hypothèse d’une transformation des M201 SAHARA stockées en VLTT pour section ENTAC est très plausible. On peut supposer le processus suivant : 1) dépose des accessoires sahariens non retenus : réservoir auxiliaire, support de jerrycan, suspension AR à 13 lames, etc. 2) adaptation de la suspension renforcée à ressort hélicoïdal sur les six véhicules porte engins 3) équipement des véhicules porte engins des équipements ENTAC 4) Affectation de 11 véhicules à une section ENTAC.


Toulouse, le 11 novembre 1966, cette M201 SAHARA 24V, commandée par le Sergent Pierre BOURGE, est immatriculée 231-6632. Cette immatriculation (6632) est caractéristique d’une affectation en réserve. Nous n’en avons pas les raisons.

Les jeeps ENTAC ont cédé la place aux jeeps MILAN mises en service en 1976.


La M201 de Tim TEARLE, de la Section ENTAC du 8e RPIMa en 1966 à une concentration de véhicules militaires en Angleterre en 2009 

12 octobre 2011